Alloucution de M. Bernard Girardet, Maire

Madame la Conseillère d’Etat,
Monsieur le Député,

Monsieur le Président du Conseil,
Mesdames les conseillères administratives,
Mesdames, Messieurs, les conseillers municipaux,
Mesdames, Messieurs les élus
Mesdames, Messieurs, les collaboratrices et collaborateurs de la mairie,
Mesdames, Messieurs, Chers Colognotes, Chers amis,

Je vous souhaite la bienvenue à la traditionnelle fête du 1er août au sein de notre commune.

Rappelons que la fête nationale suisse célèbre le Pacte fédéral qui vient de nous être lu, acte fondateur de la Confédération. Indépendamment des cultures, des âges, des croyances, des appartenances linguistiques ou politiques, cette fête patriotique a l’indéniable mérite de réunir la population dans chaque commune de notre pays.

Afin de commémorer ce moment, faisons un saut dans le temps, pour retrouver les représentants des 3 cantons fondateurs que sont Uri, Schwytz et Nidwald.

En cette fin de 13ème siècle, ces hommes et ces femmes étaient motivés par une envie de liberté et d’autonomie. Ils souhaitaient plus que tout, pouvoir décider de leur vie quotidienne, de leurs choix politiques et de leur avenir, sans avoir à rendre de comptes, ni à payer d’impôts à des princes éloignés.

La Suisse de 1291 - encore à un stade embryonnaire, va connaître un développement manufacturier, commercial et bancaire exceptionnel.

Durant des siècles, aucun conflit armé n'est venu compromettre une stabilité intérieure et une qualité de vie légendaires.

Quel serait l’étonnement de nos trois montagnards devant les préoccupations politiques, économiques et sociales qui sont les nôtres à présent ?

Les rapports de forces se situent aujourd'hui au niveau international, comme d’ailleurs les échanges commerciaux et les flux de populations.

Les moyens de locomotion se sont développés avec une ampleur inimaginable pour faire face à une croissance démographique importante.

Cologny qui était habité par quelques 500 âmes au 19ème siècle, compte aujourd’hui plus de 5'500 habitants.

Notre système monétaire s’apprête à vivre une nouvelle révolution avec la venue de la « cryptomonnaie ».

La pollution est arrivée à un seuil critique, qu'un dérèglement climatique semble inéluctable.

Nous connaissons une surabondance de denrées alimentaires, de choix et d’informations. A tel point que nous devons

- réapprendre à consommer intelligemment en privilégiant la consommation locale.

- réapprendre à nous déplacer pour tenter d'enrailler le réchauffement climatique.

- réapprendre à vivre pour économiser et mieux exploiter les énergies renouvelables.

Nous devons réapprendre à nous informer, à comprendre les sujets fondamentaux et éviter les "fake news" pour prendre part à la vie politique de notre pays sans être manipulé.

Nous devons accueillir de nouvelles populations et vivre dans des sociétés multiculturelles, assurer du travail à tous et maitriser le développement tout en sauvegardant notre patrimoine culturel et naturel, nos terres agricoles et nos paysages

Notre tâche est donc bien plus complexe et ardue qu’il y a 728 ans !

Certes, elle ne demande pas autant de force physique, mais toujours du courage, une clairvoyance, une finesse et une anticipation indispensables.

Les souverainetés ne disparaissent pas et face aux crises sociales, au chômage, à l’urbanisation intense, à l’insécurité et aux défis environnementaux, c’est toujours le gouvernement local qui est sollicité. Tous les acteurs, citoyens, députés et édiles, doivent débattre et travailler de concert pour agir dans le bon sens.

Ce soir, je dédie mon intervention aux conseillers municipaux, aux membres des associations, ainsi qu’au personnel communal, pour leur engagement.

Car ensemble, nous œuvrons pour non seulement maintenir un cadre de vie agréable, mais également développer des projets communaux qui vont dans ce sens.

Célébrer l’engagement et le courage de montagnards d’il y a plus de 7 siècles, n’a de sens que pour l’éclairage qu’il nous donne du présent.

La Fête nationale sert à nourrir un sentiment d’appartenance et rappelle que nous avons de la chance de vivre dans un pays libre, économiquement et politiquement stable et surtout en paix.

Mesdames, Messieurs, je vous souhaite une belle fête du 1er août.

Vive Cologny, vive Genève, vive la Suisse !