Créer un réseau de randonnées

CREER UN RESEAU DE RANDONNEES PEDESTRES ET DE PROMENADESTRANSPORTS 
(nature et paysage)

 

Le territoire communal et les régions limitrophes 
L 1 60 loi du 4 décembre 1998 sur l’application de la loi fédérale sur les chemins pour piétons et les chemins de randonnée pédestre 

SITES ET PAYSAGES

 
Coordination des chemins pour piétons et de randonnée pédestre 
Créer un réseau de randonnées et de promenades 

 

 

 

PRESENTATION 

Résume

Cette mesure, proposée dans le plan directeur communal 1988*, n’a pas été suivie d’effet, en l’absence alors de bases légales suffisantes. 
Cette lacune est aujourd’hui comblée par la loi L 1 60 citée plus haut. En son chapitre I Plans directeurs, il est mentionné que le département élabore le projet de plan directeur fixant le réseau des chemins de randonnées pédestres. Tracés à l’échelle du canton, les itinéraires suggérés par le département forment un réseau “longue distance". 
La présente mesure préconise les itinéraires plus détaillés suggérés par une connaissance approfondie et pertinente du site communal. Leur réalisation est une tâche communale, qui peut s’exercer en collaboration avec le département, lors de la mise à jour cantonale générale périodique du plan directeur des chemins de randonnées pédestres ou par une modification partielle de ce plan en force. 
* Idée directrice 12, p. 84. 

ANALYSE DETAILLEE 

1 Les tracés portés sur la carte "Réseau de randonnées et promenades" sont de quatre niveaux qualitatifs et opérationnels :

 

 

  • trottoirs le long de routes cantonales ou voies communales à fort trafic,
  • trottoirs séparés des voies communales ou de dessertes à trafic limité ou réglementé,
  • cheminements aménagés : goudronnés ou naturels, indépendants ou non des voies de circulation, aménagements par buissons, haies, bancs,
  • tronçons à créer et/ou à aménager, par :
- achat de terrain, 
- concessions de terrains dans le cadre d'autorisations de construire ou de plans d'affectation réglementaires, 
- réglementation du trafic : "bordiers autorisés", restrictions temporaires, 
- travaux d'aménagement : haies, clôtures, sol, etc. 

Les tronçons à créer et/ou à acquérir constituent des améliorations : tracés plus directs, plus naturels, à l'écart du trafic aux itinéraires existants. Ils ne sont pas indispensables, mais souhaitables, les itinéraires préconisés pouvant être parcourus intégralement.

2 Les itinéraires existants ou préconisés sont les suivants :
  • itinéraire cantonal rive gauche partant des quais, passant par Cologny en direction de Chougny (Vandoeuvres) où il se divise en deux branches, l'une qui tend vers Hermance, Presinge et Jussy, l'autre vers la Seymaz et Puplinge. Cet itinéraire est entièrement opérationnel, mais de niveaux variables en qualité.
  • itinéraire communal sud-nord (Parcs-Vésenaz). Cet axe longitudinal se divise en une double variante à partir de la fourche Nant d'Argent - chemin de Ruth; il permet de relier le centre, Cologny Village, à ses périphéries, il doit être complété, principalement du côté de Frontenex, et à améliorer de Cologny à Vésenaz. Son potentiel de beauté et d'agrément est exceptionnel pour être si proche de la ville.
  • itinéraire communal nord-ouest - sud-est (Grange-Falquet - lac). Cet axe transversal est perpendiculaire au précédent. Il est en grande partie opérationnel, mais demande à être ouvert à Montalègre, en approchant du Yacht-club de Genève
  • des itinéraires locaux ou de liaisons permettant de rejoindre les itinéraires de long cours ou d'irriguer le village de Cologny. Plusieurs tronçons nouveaux devront être négociés ou tracés dans l'optique d'un réseau très complet.
3 Certains tronçons d'itinéraires existants ou possibles empruntent :
  • des trottoirs situés le long de routes à grand trafic. Ils n'offrent pas de possibilités existantes d'améliorations.
  • des chemins communaux avec trafic automobile local ou de desserte. Dans ce cas, la circulation pourrait être réservée aux conducteurs riverains (bordiers) ou restreinte le week-end et les jours fériés. La chaussée roulante pourrait aussi être rétrécie de façon à rendre difficiles les croisements ou à n'autoriser des croisements qu'à l'emplacement d'évitements situés à intervalles réguliers. Il ne devrait pas être prévu de trottoirs, mais des bandes pédestres en terre battue.
  • des tronçons passant le long d'une limite séparant deux propriétés privées. Dan ce cas, on pourrait négocier un droit de passage d'environ 1,0 mètre de largeur, avec création d'une haie et d'une clôture et achat éventuel d'une bande de terrain aux confins de la propriété par la commune, tout en conservant au propriétaire les droits à bâtir y relatifs.

INTERÊTS EN PRESENCE,CONFLITS, CONTRAINTES

Il est utile de souligner que les itinéraires suggérés sont praticables sur toute leur longueur. Certains tronçons ont l’inconvénient de détours ou de séquences peu agréables. Ils ne peuvent être améliorés que par passage entre des propriétés privées ou à travers celles-ci. Ces tronçons ne pourront être créés que par entente avec les propriétaires concernés, par achat ou échange de droits. Ils seront, dans la mesure du possible, établis le long des limites existantes des parcelles ou en des endroits favorables, sur le plan de la topographie et de la végétation, au maintien de la privauté des propriétés. 
La présente mesure n’envisage pas d’obligation et encore moins de recours à l’expropriation. Les acquisitions devraient être effectuées de plein gré, dans le but de mettre à disposition des promeneurs et des randonneurs les plus agréables parcours.

ACTIONS ENGAGEES

La présente mesure constitue une entrée en matière motivée et documentée.

ACTIONS PROPOSEES

Elaborer un plan-calendrier par étapes de la mise en place complète des itinéraires, tenant compte
  • des tronçons existants (par ex. le chemin du Righi) ;
  • des tronçons facilement réalisables (par ex. réserver le chemin Le Fort à ses bordiers et y aménager un cheminement en site propre) ;
  • des tronçons sur propriétés privées (intervenir lors d’une demande d’autorisation ou de morcellement).
Entreprendre la réalisation du plan-calendrier en fonction des crédits annuels à disposition.Lors de la conception et de la réalisation d'un tronçon d'itinéraire, on s'appliquera à veiller à la sécurité et à l'intimité des propriétés longées.

COUT, FINANCEMENT

Un montant annuel de Fr. 100'000,-, devrait être affecté aux achats de terrains, à l’aménagement de sentiers, y compris buissons, haies, clôtures et de trottoirs pédestres. Ceci permettrait d’aménager en une dizaine d’années le réseau actuel des randonnées pédestres et promenades communales et de le compléter.

ECHEANCE DE REALISATION

Une dizaine d’années pour réaliser et/ou compléter les itinéraires prévus.

ETAT DE LA COORDINATION

Coordination en cours.

DOCUMENTATION

  • IVS – Inventaire des voies de communication historiques de la Suisse – Université de Berne (voir extrait sur carte 9 p. 31)
  • Yves Bischofberger – Anita Frei – Guide des chemins historiques du canton de Genève. Ed. Slatkine-Genève 1998-
  • Préavis de la Commission d'urbanisme (CU) du 9 janvier 2003, point 5. Le plan directeur piétons intercommunal, p. 116.-
  • Préavis de la Commission des monuments, de la nature et des sites du 25 mars 2003, point 5. Le renforcement d'un réseau de randonnées pédestres, p. 118.-
  • Observation n° 12 du 11 mars 2003 (Consultation publique).
  • Observation n° 13 du 18 mars 2003 (Consultation publique).

PROCESSUS D’ADOPTIONDE LA FICHE

Rédaction

 
29 AOUT 02 
Mod. 26 MARS 03 

Préavis

 
CU 9 JANV 03 
CMNS 25 MARS 03 

Adoption Commune 

15 MAI 03 

Approbation Conseil d’Etat 

11 FEV 04 
Modification