Options - Partie A

Protection du coteau

Inscrite au plan directeur communal 1988, l'option reste d'actualité. Sans se cristalliser sur une image idéalisée du XIXe siècle, on constate que le nord du coteau se développe mal, dans le désordre des gabarits, des plans et des plantations. Un des plus beaux sites et point de vue, entre les chemins du Nant d'Argent et de Ruth, a été urbanisé au dépens de ses qualités paysagères. D'autres sites sont menacés. Tâche de longue haleine, l'image du coteau doit tendre vers plus d'harmonie et mieux tenir compte de l'ensemble exceptionnel que représentent la topographie et le plan d'eau, au bénéfice de ses habitants et des vues depuis le coteau, la rade et la rive droite.

Autour du site de Trainant, la protection du "supersite" constituait un volet important du plan directeur de 1988. L’idée en a été, depuis, reprise dans son intégralité par l'aménagement cantonal, dans la loi sur la protection générale des rives du lac du 4 décembre 1992 et dans le plan directeur cantonal Genève 2015, sous le vocable de "pénétrante de verdure". Œuvre de portée communale et cantonale, l'instrument d'aménagement permettant d'anticiper et de contrôler les transformations du périmètre du "supersite", où se trouvent quelques ensembles bâtis exceptionnels, doit encore être élaboré, dans une démarche qui fera suite au présent plan directeur.