Préface de M. Jean Murith

Je veux remercier préalablement les Conseillères et Conseillers municipaux de la législature 1999-2003. Ils ont participé à seize séances plénières et passé de nombreuses heures de réflexion individuelle afin de mener à bien ce travail considérable, sous la conduite éclairée de Monsieur Denis Dubois-Ferrière, de l’Atelier coopératif d’architecture et d’urbanisme ACAU. 

Ce plan directeur communal a été accepté sous forme d’une résolution, votée à l’unanimité lors de la dernière séance du Conseil municipal de la législature, le 15 mai 2003. Il a été accepté par le Conseil d’Etat dans sa séance du 11 février 2004. Aussi, selon la loi L 1 30 modifiant la loi d’application de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire, votée par le Grand Conseil le 29 novembre 2002, il a force de loi obligatoire pour toutes les autorités. 

La vision développée dans ce plan est basée sur les deux principes suivants : 
en Europe continentale, les villes se développent généralement par le sud ; 
le village de Cologny est défini comme le cœur de la commune. 
C’est selon ces principes que la commune de Cologny évoluera ces prochaines années. Les grandes options retenues sont les suivantes : 
réalisation d’un immeuble de 14 appartements et d’une crèche inter-communale sur la zone de développement centrale, au lieu-dit « La Louchette » (angle route du Guignard et route de Vandoeuvres). Cette parcelle appartient à la commune ; 
changement des limites de zones de construction au lieu-dit « La Tulette » (angle route de Vandoeuvres et chemin de la Gradelle), en zone de développement sud, pour la réalisation, à terme, de 320 appartements de 3 à 4 niveaux sur rez-de-chaussée, plus attiques. Ces parcelles appartiennent à des privés (*) ; 
réalisation de la nouvelle salle communale du Gerdil et d’un parking souterrain sur la zone de développement nord (entre la Mairie et le chemin Faguillon). Cette parcelle appartient à la commune. Un concours va démarrer à l’automne 2004. 
(*) Le Comité de pilotage et le groupe de projet pour le PAC (Périmètre d’aménagement coordonné) de Frontenex-La Tulette, instrument du Département de l’aménagement, de l’équipement et du logement (DAEL) pour engager le programme d’étude, a finalement retenu toutes les idées de densification raisonnable des magistrats Jean-Claude Martin, Roger Meylan et moi-même, ainsi que de Pierre-Yves Vallon, dès le 1er juin 2003. Nous les avons développées et soutenues pendant vingt-deux mois et au cours de toutes les séances auxquelles nous avons participé. Fasse que les Députés du Grand Conseil respectent la volonté des Colognotes, largement exprimée lors du vote sur l’initiative communale « Pour la sauvegarde de Cologny » (90% de oui, avec un taux de participation voisin de 60%). Le 16 septembre 2004, les Conseillers municipaux ont voté unanimement une résolution pour la modification des limites de zones de construction sur les parcelles de la Tulette, en zone de développement 4A. Ces différentes perspectives montrent à quel point le Souverain communal, représenté par ses élus, est pleinement responsable de son destin. Je formule ici mes vœux pour que nous soyons toujours plus conscients des possibilités qu’offre aux citoyens notre démocratie directe. L’Etat, dans toute sa sagesse, ne pourra alors que sortir renforcé de décisions bien étudiées et respectueuses de la volonté du Peuple. Il démontrera à la fois son respect des Institutions et son souci d’écoute des communes qui forment son ossature. 
Un plan directeur communal est un outil de travail pour les dix prochaines années. Je suis convaincu que nos successeurs pourront y trouver des bases solides pour construire avec leurs talents le Cologny de demain.