Transports en commun

Les transports publics genevois (TPG) ont maintenu leur offre et l’ont un peu intensifiée. 

Une des caractéristiques de la zone 5 (villas) est son aménagement en résidences individuelles séparées les unes des autres; la densité de population y est donc faible. Il en résulte une difficulté certaine à la desservir efficacement par les transports en commun, sans coût financier excessif. Toutefois, la situation de la commune, aux limites de la ville, lui permet de bénéficier de la convergence de plusieurs lignes de transports publics qui desservent les communes périurbaines voisines ou plus lointaines. Le réseau, qui suit principalement le tracé des routes cantonales, peut être jugé comme satisfaisant. Les cadences devraient être cependant augmentées pour que les transports publics deviennent attractifs. En effet, la saturation du réseau routier urbain et la pénurie de places de stationnement tendent à mettre la circulation automobile individuelle en situation de blocage au centre de Genève, dans un proche futur. Cependant, le souhait d’augmenter les cadences se heurterait aux coûts qu'induiraient des fréquences rapprochées. La rentabilité ne pourrait pas être assurée sans subventionnement, dont la décision devrait être politique.